Pétrole, finances, perles et tourisme. Ce sont les « atouts » qui sous-tendent l’économie de ce petit État insulaire, le plus petit de la péninsule arabique, formé d’un archipel de 33 îles (dont beaucoup sont inhabitées) reliées par des ponts et du sable. C’est une monarchie constitutionnelle, la plus tolérante de la région, probablement en raison de l’influence occidentale qui a commencé au XVIe siècle avec la conquête portugaise et s’est poursuivie avec le protectorat britannique du XIXe siècle jusqu’aux années 1970. La population s’élève à un peu plus d’un million d’habitants, dont plus de 200 000 sont des étrangers (« expats »). Ces dernières années, grâce notamment au Grand Prix de Formule 1, le tourisme n’a cessé de croître. Ceci grâce au circuit de Manama (la capitale) mais aussi à de nombreux autres sites intéressants à visiter. Nous allons tenter de dresser ci-dessous la liste de ceux qui, selon nous, méritent le plus d’être visités. Bonne lecture.

 

1 – Musée national

Si vous souhaitez vraiment vous plonger dans le « genius loci » bahreïni, le musée national est sans aucun doute l’une des premières étapes à franchir. Comme presque tous les sites d’intérêt majeur, le musée est situé à Manama, la capitale du Royaume. Construit à la fin des années 1980, il couvre une superficie d’environ 28 000 mètres carrés. De grands espaces d’exposition bien organisés, avec des légendes en anglais et en arabe, permettent aux visiteurs d’acquérir rapidement une vision collective de la culture locale millénaire, ancienne charnière du commerce entre la Mésopotamie et l’Orient. En bref, un musée ancien, mais à l’architecture post-moderne qui permet une visite facile au coût loin d’être prohibitif de 1 bhd, l’équivalent d’environ 2,40 euros.

 

2 – Ferme royale des chameaux

La ferme de chameaux de la famille royale bahreïnienne (ou Bahreïn) est certainement l’une des attractions à visiter si vous avez des enfants. Bien sûr, même si ce n’est pas le cas, il ne fait aucun doute que ces animaux (surtout les femelles, séparées de leurs petits) parviennent à susciter l’empathie et l’affection des enfants. Attention, toutefois, à ne pas s’approcher trop près. Généralement, au bout d’un moment, l’un des nombreux ouvriers agricoles vient expliquer comment caresser, photographier et nourrir ces animaux en toute sécurité. Si vous avez de la chance, vous pourrez même en monter un pour une somme modique. La ferme royale de chameaux Janabiya de Bahreïn est ouverte au public tous les jours, toute la journée. L’entrée est gratuite. La seule chose que vous devez faire est de vous laver (ou de vous désinfecter) les mains immédiatement après votre visite.

 

3 – Mosquée Al Fateh

Une fois à Manama, impossible de ne pas remarquer la mosquée Al Fateh (du nom d’Ahmed Al Fateh, fondateur de la dynastie Al Khalifa qui règne sur le petit État insulaire). Comme presque tout le reste de la ville, le gigantisme de la structure attire l’attention des touristes qui choisissent de visiter le pays en nombre croissant chaque année. Un dôme en fibre de verre, deux minarets et les éléments décoratifs de l’intérieur (lampes en bois sculpté, un énorme lustre Swarovsky, des tapis, etc.) en font l’un des symboles les plus évidents de la prospérité de Bahreïn, un point de référence spirituel pour tous les musulmans du monde. Il n’est pas surprenant qu’elle soit l’une des plus grandes mosquées de la planète et qu’elle puisse accueillir 7000 fidèles. Des visites guidées sont généralement organisées pour en savoir plus sur la structure, qui ne peut être visitée que si vous êtes habillé de manière appropriée. Les femmes, par exemple, sont tenues de porter une abaya (longue robe noire en tissu léger, couvrant tout le corps à l’exception de la tête, des pieds et des mains) et un voile, tandis que tout le monde est tenu d’enlever ses chaussures à l’entrée.

 

4 – Le Fort

Qal’at al-Bahrain, la forteresse du XVIe siècle construite par les Portugais, est sans aucun doute l’une des principales attractions de ce petit État insulaire. Ce n’est pas un hasard si le fort, entouré de douves, est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’une des recommandations les plus fréquentes est de visiter les ruines à la tombée de la nuit pour mieux apprécier le contraste entre la partie ancienne de la ville, éclairée par de « simples » projecteurs, et les lumières hyper-modernes des bâtiments qui définissent l’horizon de Manama, la capitale du Royaume.

 

5 – Perles et bijoux au Bahreïn

La perle est l’un des symboles de Manama et de Bahreïn. Il s’agit d’une tradition très ancienne qui a accompagné le développement du territoire pendant des siècles, au point de faire partie intégrante de l’histoire et de l’identité locale, comme le certifie la protection de l’UNESCO en vigueur depuis quelques années. Entre autres, la récolte d’huîtres non seulement se poursuit, mais a considérablement augmenté ces dernières années en raison de la demande croissante des marchands et des bijoutiers. La perle de Bahreïn, en effet, est célèbre pour sa pureté, ce qui contribue grandement à l’économie déjà florissante de ce petit État insulaire de la péninsule arabique. Le « quartier » de l’île de Muharraq, d’où partent la plupart des bateaux de pêche aux huîtres, est un lieu incontournable. Dix-sept bâtiments, dont des entrepôts, des bijouteries, des résidences de marchands et l’inévitable mosquée, remontent dans l’histoire de l’exploitation de ce précieux joyau. De nombreuses autres informations et preuves peuvent être trouvées au Musée national. Cela dit, il vaut la peine d’acheter de l’or et des pierres précieuses à Bahreïn. Les prix sont beaucoup plus abordables que sur le marché occidental, de sorte que venir ici en vacances peut être l’occasion parfaite pour un achat de valeur durable.

 

6 – Nécropole du village d’Al’Aali

Plus de 170 000 tombes, c’est la quantité de la gigantesque nécropole du village d’Al’Aali, non loin de Manama. Un énorme cimetière, précieux témoignage de la mystérieuse civilisation Dilmun active dans la région depuis le troisième millénaire avant Jésus-Christ. L’étude des tombes, semblables à des buttes artificielles de taille variable (les plus grandes atteignent 15 mètres de haut), a permis de reconstituer l’univers symbolique et cultuel de cette civilisation de l’âge du bronze, qui pratiquait un commerce florissant avec les autres peuples de la région du golfe Persique. Au fil du temps, certaines fouilles importantes ont été transférées au Musée national de Bahreïn et peuvent y être visitées.

 

7 – Centre de commerce mondial de Bahreïn

Deux voiles de 50 étages et 240 mètres de haut chacune, reliées par trois éoliennes de 29 mètres de diamètre chacune. Le World Trade Center de Bahreïn est le symbole le plus frappant de la volonté de modernité et de durabilité de ce pays, qui exploite les énormes richesses garanties par ses gisements de pétrole pour tenter de s’en affranchir à l’avenir. Une politique « verte » qui, outre l’exploitation de l’énergie éolienne, mise également sur l’énergie solaire et le recyclage des eaux usées. Le bâtiment, situé au centre de Manama, est l’expérience la plus avancée du pays en matière de durabilité environnementale, mais ce n’est pas le seul record : c’est l’un des plus grands centres commerciaux du monde, avec toutes les grandes marques de haute couture : Louis Vitton, Fendi, Gucci, Versace, Bulgari, etc. Bref, de l’architecture, du design, du luxe, et bien d’autres choses encore. En bref, architecture, design, luxe et technologie : tels sont les « piliers » sur lesquels repose ce gratte-ciel commercial futuriste fabriqué à Bahreïn.

 

8 – La Lagune

Un immense centre commercial au cœur de l’île d’Amwaj, avec des magasins, des bars, des restaurants, des boutiques et des espaces en plein air où vous pourrez passer d’agréables journées en famille et/ou entre amis. Le design et l’emplacement en bord de mer rendent cet endroit unique. Ce n’est pas un hasard si le nombre de visiteurs, qu’ils soient locaux ou touristes, ne cesse d’augmenter. Pour en savoir plus, visitez le site officiel : www.thelagoonbahrain.com.

 

9 – Souk de Bab el-Bahreïn

À la recherche du vrai Bahreïn. C’est dans cet esprit qu’il faut aborder la visite du marché de Manama, dans la partie nord de la ville, juste en dessous des tours jumelles du Financial Harbor. En réalité, il y a très peu de choses qui sont typiques du souk de Manama, du moins par rapport aux marchés de Tunisie, du Maroc, d’Égypte et surtout du Qatar. Néanmoins, une visite de ce dédale de ruelles remplies d’appareils électriques, de nourriture et d’épices est très instructive. Ne serait-ce que parce qu’il permet de se familiariser avec cette partie de la population éloignée des feux de la finance et de la mode.

 

10 – Circuit de Sakhir

Depuis 2004, la Formule 1 fait une halte à Bahreïn. Pour accueillir le circuit de course le plus célèbre du monde, le petit État de la péninsule arabique n’a pas lésiné sur les moyens pour construire une piste futuriste au milieu du désert. Le circuit Sahkir, comme on l’appelle, se distingue par son caractère spectaculaire et sa technologie. Depuis la première édition, elle s’est avérée particulièrement difficile pour les pilotes, qui doivent faire face à des conditions environnementales inhabituelles : du sable qui se dépose inévitablement sur la surface (malgré l’utilisation de produits spéciaux pour limiter le phénomène), à la grande amplitude de température entre le jour et la nuit où se déroule généralement la course. Trois faits intéressants : le premier Grand Prix, en 2004, a été remporté par le pilote allemand Michael Schumacher, qui était incapable de conduire depuis des années en raison d’un accident de ski. En 2011, en revanche, la course n’a pas eu lieu en raison des troubles qui ont touché le pays à la suite des différents « printemps arabes », qui ont également enflammé cette année-là la Tunisie, la Libye, l’Égypte, la Jordanie, le Yémen et la Syrie. Enfin, contrairement aux autres Grands Prix de Formule 1, sur le podium, le champagne classique (qui est interdit ainsi que les autres spiritueux) est remplacé par du champagne arabe, strictement sans alcool.

 

11 – Vie nocturne

Bahreïn est un centre d’affaires cosmopolite dont la vie nocturne est plus libre et plus tolérante que celle des autres pays de la région. Il existe de nombreux restaurants et bars lounge où vous pourrez manger, écouter de la musique et boire un verre. Des lieux souvent haut de gamme fréquentés non seulement par les étrangers mais aussi par les « cousins » saoudiens prêts à franchir la King Fahd Causeway, la célèbre chaussée du Roi Fahd qui relie les deux États.

 

12 – Go Kart

 

 Booking.com : montrer la carte avec les hôtels près de Go Kart

En plus du Grand Prix de Formule 1, le circuit Sahkir est célèbre pour le karting. Plusieurs championnats y sont organisés, mais l’installation est surtout à la disposition des touristes qui veulent s’essayer au karting. L’organisation fournit des vêtements et des voitures qui varient en fonction de la tranche d’âge. Tout cela, bien sûr, dans le respect total des normes de sécurité de la discipline. Une façon amusante de passer une soirée à Bahreïn en famille et/ou entre amis. Pour plus d’informations sur les formules, les prix et les horaires d’accès, cliquez ici.

Évitez le mois d’août

La meilleure période pour visiter Bahreïn est octobre/novembre – février/mars. Au cours des autres mois, la température augmente progressivement mais sûrement jusqu’à la terrible chaleur du mois d’août avec des pics supérieurs à 50°C. Le risque, si vous n’en avez pas l’habitude, est de mettre votre corps à l’épreuve. En revanche, passer Noël à Bahreïn, sous la chaleur, sur l’une des nombreuses plages (visitez l’île d’Al Dar avec ses nombreuses options de loisirs) est tout sauf une idée farfelue. Essayez-le pour le croire !

 

Attention aux manifestations le vendredi, jour de la prière

 

Après les troubles sociaux de 2011, lorsque Bahreïn a également été frappé par le vent du soi-disant « printemps arabe », le pays n’a pas connu de risques particuliers. Bien sûr, tout n’est pas rose. La coexistence entre chiites et sunnites (au pouvoir avec la dynastie al Khalifa) n’est pas toujours acquise, notamment parce que l’influence perse dans la région est un fait historiquement établi. Cela dit, le centre de Manama n’est pas l’objet d’affrontements. Tout au plus, le vendredi, jour de la prière, il peut y avoir des manifestations, mais les forces de police contrôlent le territoire et la situation est calme. Dans tous les cas, il est préférable de ne pas aller trop loin dans les zones périphériques et les villages. Surtout, avant de partir pour une destination lointaine comme Bahreïn, il est toujours bon de consulter le site « Viaggiare sicuri » du ministère des Affaires étrangères, ainsi que de s’inscrire sur le site « Dove siamo nel mondo », qui fait également partie de la cellule de crise de la Farnesina.

 

Ne pas se déguiser

Les Bahreïnis sont ouverts et serviables envers les Occidentaux, parlent bien anglais et sont des hommes d’affaires. En contrepartie, ils ne demandent qu’un comportement qui ne soit pas hostile ou d’une curiosité morbide envers l’Islam. Tout d’abord en ce qui concerne les vêtements. Il est donc préférable de ne pas trop regarder ou, pire encore, de prendre des photos de femmes couvertes. Les femmes étrangères, qu’elles soient résidentes ou touristes, peuvent s’habiller normalement, mais toujours dans les limites de l’acceptabilité sociale fixées par la culture locale. Cela signifie qu’à proximité des lieux de culte, elles doivent s’habiller décemment, en couvrant leurs bras et leurs jambes, tandis que dans d’autres contextes publics, elles peuvent être « découvertes » mais jamais « légères ». D’un autre côté, étant donné qu’il existe de nombreux endroits pour les Occidentaux, ce ne sont pas des restrictions majeures. Les prescriptions ci-dessus s’appliquent principalement lorsque vous êtes dans la rue. Les observer permet d’éviter les problèmes et constitue une forme de respect.

 

Ne buvez pas d’alcool dans la rue

Comme on le sait, l’islam interdit l’alcool. Toutefois, les expatriés peuvent boire de l’alcool dans des établissements autorisés sans aucun problème. Le point important est de ne pas boire ou paraître ivre (ou ivre) dans la rue. Il en va de même pour les vêtements, comme indiqué ci-dessus. Respectez simplement les règles culturelles locales, qui sont infiniment plus tolérantes que celles des autres pays de la région (par exemple, dans les États voisins, l’administration de l’alcool a des limites précises par habitant, alors qu’au Bahreïn, ce n’est pas le cas), et vous n’aurez aucun problème. Enfin, une curiosité. Si vous vous rendez dans le pays pendant le Ramadan, il est conseillé de jeûner pendant la journée.

 

Soyez prudent au volant

La voiture a toujours été un symbole de statut social. Il est donc inévitable que, dans un pays aussi riche que le Bahreïn, on trouve beaucoup plus de grosses voitures qu’ailleurs. Mais ne croyez pas que cela vous donne le droit de participer à des courses sur autoroute. Le dépassement de la limite de vitesse peut être très risqué (dans certains cas, il est même passible d’une journée d’emprisonnement). L’une des causes les plus fréquentes d’accidents de la route est l’utilisation de smartphones au volant. Le conseil est donc de conduire de manière responsable et d’éviter les excès de vitesse. Cela dit, pour confirmer la plus grande tolérance du Bahreïn par rapport à d’autres pays de la région, il convient de noter qu’il n’existe aucune restriction de conduite pour les femmes.

 

Write A Comment