Pour expliquer pourquoi les pays riches en ressources naturelles sont souvent aussi les plus pauvres en termes de revenus, les économistes utilisent depuis des années la formule de la « malédiction des ressources ». Après tout, il suffit de regarder les scénarios de guerre dans le Golfe Persique ou en Libye pour trouver la confirmation du paradoxe mentionné ci-dessus. Il faut toutefois préciser que l’expression explique aussi autre chose : il peut arriver que la croissance due à l’exportation d’une ressource naturelle entraîne une augmentation excessive des salaires et des dépenses sociales, conditions qui, à long terme, affectent négativement la compétitivité en réduisant les avantages initiaux. En Norvège, le plus grand exportateur de pétrole d’Europe et l’un des plus grands producteurs au monde, la malédiction des ressources ne s’est pas réalisée. Au contraire, grâce à une politique astucieuse d’exploitation du pétrole, la petite nation scandinave est aujourd’hui l’une de celles qui investissent le plus dans l’énergie et la durabilité environnementale. Oslo est la ville où cette spirale vertueuse est la plus évidente. La capitale norvégienne parvient à concilier un style de vie cosmopolite avec une nature intacte tout autour. Un mélange de développement technologique et de protection de l’environnement qui, sur le plan social, se traduit par la capacité de combiner croissance individuelle et communautaire. Bref, presque un rêve devenu réalité, comme peuvent en témoigner les nombreux touristes qui choisissent Oslo pour leurs vacances chaque année. Voici quelques-unes des principales attractions de la ville. Bonne lecture.

 

1 – Galerie nationale

Oslo est une ville célèbre pour ses musées. Elles sont nombreuses, magnifiquement conservées et témoignent du goût des Norvégiens pour l’art et l’histoire. La Galerie nationale, qui abrite la plus riche collection d’art norvégien, est un lieu incontournable. Les peintures d’Edvard Munch (1863-1944), l’artiste norvégien le plus célèbre de tous les temps, sont évidemment mises en avant, et un musée personnel abrite toutes les œuvres qui ne se trouvent pas dans la galerie. « Le tableau le plus célèbre de Munch, Le Cri, se trouve au 13 Universitetsgata, l’adresse de la galerie. En février 1994, l’œuvre a été volée de manière sensationnelle par un groupe d’anti-avortement norvégiens, mais elle a été retrouvée trois mois plus tard sans conséquence. Outre les œuvres de Munch, la Galerie nationale d’Oslo (qui fait partie du grand Musée national) présente également d’autres artistes européens, dont Manet, Renoir, Matisse, Cézanne et Monet. Pour plus d’informations, consultez le site : www.nasjonalmuseet.no (version anglaise également disponible).

 

2 – Parc Vigeland

Parmi les artistes norvégiens les plus célèbres ne figure pas seulement Edvard Munch. Gustav Vigeland (1869 -1943) a également largement contribué à la renommée d’Oslo et de la Norvège. La biographie du sculpteur révèle l’attention que la petite nation scandinave a toujours accordée au développement des talents artistiques individuels. En 1921, la ville d’Oslo met à la disposition de Vigeland un atelier spacieux où il peut se consacrer exclusivement à la sculpture. En contrepartie, l’artiste s’est engagé à laisser à la ville toutes ses œuvres ultérieures, des esquisses aux œuvres finies. Grâce à cet échange mutuellement bénéfique, les touristes et les habitants peuvent désormais admirer les sculptures de Vigeland dans le parc du même nom situé dans le Frognerparken d’Oslo. Le parc couvre une superficie d’environ 320 hectares et contient plus de 200 sculptures de l’artiste. Le plus célèbre d’entre eux, un monolithe de granit de plus de 10 mètres de haut, est situé au sommet de la plus haute colline du parc. La sculpture représente une masse entrelacée de 121 figures humaines, chacune s’efforçant d’atteindre le sommet dans un effort individuel. Le parc Vigeland ne s’arrête pas là. Un espace muséal spécial a été aménagé à la mémoire de l’artiste. Le musée Vigeland est situé en face de l’entrée sud du Frognenpark. Enfin, une curiosité : il existe également un autre musée Vigeland dans la ville, consacré à son frère Emanuel (1875 -1948), moins célèbre mais – selon plusieurs critiques – non moins talentueux. Pour en savoir plus sur le parc et le musée Vigeland, visitez le site www.vigeland.museum.no (version anglaise également disponible).

 

3 – Cathédrale d’Oslo

 » Oslo Domkirke  » mérite une visite pour admirer les vitraux décorés par Emanuel Vigeland (frère du plus célèbre Gustav) et les peintures du plafond représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Le retable du XVIIIe siècle de l’artiste Michael Rasch est également très beau. Après un long pèlerinage à travers le pays, le tableau de la Cène et de la Crucifixion est rentré au pays au milieu des années 1950. La cathédrale d’Oslo est reconnaissable à ses tours qui dominent l’horizon de la ville (la principale est celle de gauche ; la tour du milieu se trouve au centre de la cathédrale, tandis que celle de droite est la tour de la chapelle). À l’arrière du bâtiment, pendant l’été, il y a des marchés artisanaux attrayants. Pour en savoir plus sur l’église et les activités qui s’y déroulent (il y a des concerts de musique sacrée), visitez le site officiel de l’Oslo domkirken.

 

4 – Forteresse d’Akershus

Même maintenant qu’elle accueille des concerts et des représentations théâtrales, la forteresse d’Akershus conserve son image de structure militaire. Il a été modifié et agrandi plusieurs fois au cours des siècles depuis sa fondation par le roi Hakon V en 1299. La forteresse est de loin l’attraction architecturale la plus importante de la ville et un incontournable pour quiconque visite Oslo. Il est situé sur le côté est du port et domine tout le front de mer de la ville. En plus d’être un centre artistique et culturel, il est souvent utilisé par les autorités pour les cérémonies d’État. Le Christiania Bymodell, une reconstruction à l’échelle du vieil Oslo (anciennement « Christiania »), construit à l’intérieur des murs de la forteresse, vaut également le détour. Pas seulement ça. À proximité se trouvent également le musée de la Résistance norvégienne, qui présente une riche collection d’objets prouvant l’opposition patriotique au nazisme, et le musée norvégien de l’architecture. Ce dernier est une excellente alternative pour ceux qui veulent aller au-delà des aspects folkloriques et traditionnels de la nation scandinave. N’oubliez pas votre appareil photo : la vue depuis la forteresse est époustouflante et vaut vraiment la peine d’être photographiée.

 

5 – Péninsule de Bygdøy

Seulement 15 minutes en ferry (d’avril à octobre) ou 20 minutes en bus séparent Oslo de la péninsule de Bygdøy, un quartier résidentiel où vivent la plupart des citoyens les plus riches de la capitale déjà très riche. La qualité de vie est élevée à tous points de vue, notamment en ce qui concerne le tourisme. Ce n’est pas une coïncidence si deux des plus importants musées de la ville sont situés ici. Nous parlons du musée du folklore et du musée des bateaux vikings. Ce sont deux grands hommages au « genius loci » norvégien. Le premier est un musée en plein air avec des reproductions de plus d’une centaine de bâtiments traditionnels de tout le pays. Le second abrite trois navires vikings découverts lors de fouilles menées entre le XIXe et le XXe siècle dans la région d’Oslofjord, au sud de la capitale. Ces navires, qui remontent au 9e siècle, ont été ramenés à terre et utilisés comme tombes pour certains des membres les plus éminents de cette fière communauté de marins. Avec les hommes, on a enterré leurs biens (bijoux, nourriture, ustensiles, etc.), dont la découverte a permis, des siècles plus tard, d’aménager un espace muséal très intéressant. Un précieux témoignage (avec les navires fidèlement reconstitués) de l’univers symbolique et matériel de cette civilisation qui a dominé les mers du Nord pendant plus de trois siècles (du VIIIe au XIe siècle). Pour plus d’informations sur les deux musées, visitez norskfolkemuseum.no et www.khm.uio.no.

 

6 – Oslofjord

Une promenade en bateau sur le fjord d’Oslo est un autre point fort de la visite de la ville. Bien sûr, la période de l’année est très importante. Si vous voulez profiter des attractions et des plages de Hovedøya, Gressholmen, Langøyene, etc., vous devrez venir pendant l’été. Bien sûr, la visite de l’Oslofjord conserve son charme à d’autres saisons également, mais ce sont sans aucun doute les mois d’été qui permettent de connaître la région et de naviguer d’une île à l’autre. Outre la possibilité de se déplacer de manière autonome (pour planifier vos déplacements par terre et par mer, consultez le site ruter.no/en/), il existe également des excursions organisées, qui sont certainement préférables si vous n’avez pas beaucoup de temps. Vous pouvez visiter le site web : nyc.no/en. Ne manquez pas les maisons en bois du front de mer de Drøbak, l’une des cartes postales les plus célèbres de Norvège.

 

7 – Parc TusenFryd

Oslo est une ville adaptée aux enfants. L’entretien des espaces publics, les espaces verts, les installations sportives de pointe, tout est conçu en fonction des enfants. Le parc d’attractions TusenFryd est l’attraction ultime pour les enfants. Situé à seulement dix kilomètres du centre-ville, il offre une grande variété de manèges et de jeux pour une journée amusante. Il y a aussi des attractions pour adultes, comme des montagnes russes avec plusieurs points de gravité zéro. Le seul inconvénient est le temps d’attente. Le parc est très populaire, surtout pendant les mois d’été (juin à septembre), où les heures d’ouverture sont plus longues que pendant le reste de l’année. En d’autres termes, vous devrez peut-être attendre un certain temps avant de pouvoir accéder à tel ou tel jeu, mais cela en vaut absolument la peine. Pour plus d’informations : tusenfryd.no/no

 

8 – Que manger ?

« ‘Manger local’ est désormais un mantra dans presque tous les magazines de voyage, guides et blogs. Dans le cas d’Oslo, et de la Norvège en général, vous ne serez pas déçu. Essayez absolument le saumon, le hareng et le stockfish, sans oublier la viande de renne, tout aussi populaire. En fait, pour chacun de ces aliments, la Norvège a développé par le passé une activité industrielle florissante, axée sur les exportations plutôt que sur le marché intérieur. Cela dit, manger sur place des plats typiquement norvégiens est certainement une valeur ajoutée. Cela vaut également pour la viande de baleine, dont les Norvégiens sont très friands. La chasse à la baleine est un autre élément important de l’économie nationale, même si cette pratique, aussi enracinée soit-elle, suscite une vive opposition, notamment à l’étranger. La décision d’essayer ou non le filet de baleine est donc une question plus complexe que le simple goût. Il s’agit de raisons éthiques, qui sont défendues par plusieurs associations environnementales (dont Greenpeace) en Norvège, au Japon et partout où la viande de baleine est consommée.

Ne conduisez pas après avoir bu

Il est difficile de dire « ce qu’il ne faut pas faire » dans la capitale norvégienne. En 2017, la Norvège a fait un bond en tête de la liste spéciale de l’ONU des nations ayant l’indice de bonheur et de bien-être le plus élevé. Ce n’est pas un hasard si le « World Happines Report », nom de l’étude, ne se contente pas d’examiner le PIB (et là aussi, la Norvège est en tête de liste), mais aussi d’autres indicateurs tels que l’absence de corruption, la qualité du travail, la vie spirituelle, les libertés individuelles, etc. En ce qui concerne les libertés individuelles, la consommation d’alcool a également fortement augmenté, surtout le week-end. Les autorités norvégiennes ont toutefois décidé de prendre des mesures contre ce phénomène. Il n’y a pas d’interdiction particulière, sauf pour la conduite. Même une seule bière est de trop au volant. Donc, si vous décidez de vous déplacer en voiture à Oslo, tenez-en compte, sinon vous serez passible de lourdes amendes. D’ailleurs, neuf fois sur dix, commander une bouteille de vin dans un restaurant augmente considérablement l’addition. Raison de plus pour ne pas boire !

 

Attention à ne pas visiter Oslo en hiver

Ce conseil doit être pris avec le classique « bénéfice de l’inventaire ». Vous êtes peut-être un amateur de sports d’hiver ou, plus largement, vous recherchez l’ambiance de la période de l’année, auquel cas notre suggestion ne compte pour rien. Par exemple, lorsque nous avons parlé de la navigation dans le fjord d’Oslo, nous avons fait référence à la ville de Drøbak. L’une des images les plus frappantes de la ville est celle où l’on voit la glace empiéter sur la marina. Cela dit, il est clair que de mai à septembre, Oslo est beaucoup plus facile à parcourir. Et ce n’est pas tout. Les couleurs sont également beaucoup plus vives que la grisaille humide (qui ne disparaît pas complètement) typique des journées d’hiver.

 

N’improvisez pas votre voyage

Voyager en Norvège ne s’improvise pas. Nous nous sommes limités à Oslo mais, presque toujours, les touristes décident d’utiliser les jours disponibles pour voir autre chose. Les principales étapes sont Oslo, Bergen et les merveilleuses îles Lofoten. Entre les deux, il y a toute une série d’excursions, de circuits et de visites guidées qu’il vaut mieux planifier à l’avance. Ainsi que pour éviter de tourner en rond, voire de faire deux fois le même trajet, pour des raisons purement économiques. En fait, la Norvège est une destination onéreuse, il est donc préférable de planifier à l’avance, en commençant par le choix de l’hôtel, bien sûr.

 

Write A Comment