12 choses à voir et à faire à Naples et 3 choses à ne pas faire

Naples, la capitale du sud de l’Italie, la ville du Vésuve, la patrie de la pizza, la protégée de San Gennaro est difficile à décrire. Il y a trop de nuances, de détails et de contradictions à prendre en compte. Ce n’est donc pas un hasard si, pour tenter de comprendre la ville, nous nous tournons plus souvent vers l’art, la poésie et la musique. Par exemple, le célèbre “Napul è” de Pino Daniele, une chanson qui vaut à elle seule des milliers de livres consacrés à la ville. En bref, Naples est un défi. Par-dessus tout, Naples est belle. Plutôt que de vous en parler, je ne peux donc que vous recommander quelques choses à faire pour une première approche de la ville. Bonne lecture.

 

1 – Spaccanapoli

“Spaccanapoli” est le cœur de la vieille ville. La promenade commence dans le Quartieri Spagnoli et se termine à Forcella. Le long de la route, il y a tellement de palais, d’églises et de monuments que…

un mois ne serait pas suffisant pour tout voir. Par conséquent, le conseil dans ce cas est de laisser votre curiosité vous guider. De l’église du Gesù Nuovo au monastère de Santa Chiara

où que vous mettiez les pieds, ce sera une surprise.

 

2 – La chapelle Sansevero et le Christ voilé

Mais ne réduisez pas Spaccanapoli à une carte postale touristique. Spaccanapoli est la ville, avec ses mille ressources et ses nombreux problèmes. Des questions cruciales qui, dans n’importe quel autre endroit, mineraient la paix sociale, mais qui ont toujours vécu ici. C’est pourquoi j’ai dit au début que Naples était un défi. En termes de beauté, cependant, le “Christ voilé” de Giuseppe Sammartino vaut mieux que bien des mots. La sculpture, considérée par de nombreux critiques d’art comme la plus belle jamais réalisée, se trouve à l’intérieur de la chapelle Sansevero, derrière la Piazza San Domenico Maggiore, dans la Via Francesco De Sanctis.

 

Heures d’ouverture

Jours de la semaine : 09h30-18h30

Dimanches et jours fériés : 09h30-14h00

Dernière admission jusqu’à 20 minutes avant la fermeture.

Fermé le mardi.

 

Billet 7,00 €uro

 

3 – Naples souterraine

 

Non loin de là, sur la Piazza San Gaetano, se trouve l’entrée de “Napoli Sotterranea”, le plus célèbre (mais pas le seul) parcours souterrain de Naples. Une visite guidée dans les entrailles de la ville pour découvrir ses influences grecques et romaines et, surtout, pour revivre les jours tragiques de la Seconde Guerre mondiale, lorsque quelque 40 000 Napolitains se sont réfugiés sous terre pour échapper aux bombardements alliés et aux représailles allemandes.

 

L’entrée de Underground Naples se trouve sur la Piazza San Gaetano 68 (sur la Via dei Tribunali).

Les excursions sont en italien et en anglais. Pour les autres langues, ou pour les groupes ou les excursions en dehors des heures d’ouverture, uniquement sur réservation.

Plus d’informations sur : www.napolisotterranea.org

 

4 – La Pizza

 

Dans les environs de la Via dei Tribunali, il y a évidemment beaucoup plus à voir : il y a San Gregorio Armeno, la rue des bergers ; il y a le musée archéologique ; il y a bien sûr le Duomo. Mais avant de visiter ce dernier, il est nécessaire (plus, OBLIGATOIRE !) de s’arrêter pour manger une pizza. Il y a tellement d’adresses que vous n’aurez que l’embarras du choix. Je voudrais toutefois en signaler quatre : la pizzeria historique “Da Michele”, derrière Forcella ; la pizzeria “Trianon” en face du théâtre du même nom ; la pizzeria de “Gino Sorbillo” dans la via dei Tribunali et, enfin, toujours dans la via dei Tribunali, la pizzeria “Di Matteo”, qui a fait la une des journaux pour la visite, en 1994, de Bill Clinton, alors président des États-Unis, à Naples pour assister au G7.

 

5 – Duomo

Après la pizza, nous pouvons visiter le Duomo, la maison de San Gennaro. Pour comprendre le lien viscéral entre les Napolitains et leur saint patron, l’idéal serait d’assister au “miracle de San Gennaro”, la liquéfaction du sang du saint conservé dans une ampoule. L’événement, auquel les Napolitains ont toujours attribué une signification propice, se répète trois fois par an : le premier dimanche de mai, le 19 septembre et enfin le 16 décembre. Il serait bon d’assister à la Sainte Messe pour comprendre le transport, le pathos qui lie les Napolitains à la “Faccia Gialla” (c’est ainsi que les Napolitains appellent l’effigie en argent doré du saint). Au-delà du miracle, le Duomo vaut également la peine d’être visité d’un point de vue artistique et historico-culturel. A voir absolument !

 

6 – Palais Mannajuolo

Naples est une ville très riche, nous l’avons dit. Les styles architecturaux vont du gothique au baroque, avec de nombreuses traces du rationalisme fasciste. Et puis il y a le Palazzo Mannajuolo, dans la Via Filangieri, dans le quartier de Chiaia. Un hybride des expériences modernistes du début du XXe siècle et de la tradition architecturale locale profondément influencée par le baroque. L’escalier elipsoïdal à l’intérieur du bâtiment est un véritable bijou architectural. Il vaut donc la peine d’être visité et de se promener dans l’un des quartiers les plus “branchés” de la ville.

 

7 – Piazza del Plebiscito et le Palais Royal

La Piazza del Plebiscito a toujours été un symbole de Naples, d’autant plus que la zone a finalement été débarrassée des voitures en stationnement au début des années 1990. Derrière la place, la colonnade de la Basilique de San Francesco di Paola ; en face, le Palais Royal avec les statues de huit des plus importants souverains qui ont régné sur Naples.

Le Palais royal de Naples, Piazza Plebiscito, 1, est ouvert du lundi au vendredi de 9h00 à 13h00 et de 14h00 à 17h00. Les samedis de 9 h à 14 h. En outre, tous les premiers dimanches du mois, l’accès au site est gratuit pour tous les visiteurs selon les horaires d’ouverture ordinaires.

Pour plus d’informations : www.campaniartecard.it/IT/site.cfm?id=5

 

8 – Pâtes et pommes de terre au fromage provola

 

L’un des charmes de Naples est la possibilité de manger de la bonne nourriture pour quelques euros. Peut-être un délicieux plat de pâtes et de pommes de terre au fromage provola “Da Nennella”, une trattoria historique dans le Quartieri Spagnoli. Et s’il n’y a pas de pâtes et de pommes de terre, ce n’est pas grave ! Vous aurez l’embarras du choix avec les spaghettis aux lupins, les pâtes aux haricots, les olives et les câpres “puttanesca”, les anchois frits, les saucisses et les friarielli. Il y a deux bémols : vous devez presque toujours attendre votre tour pour être assis et vous avez besoin de ce qu’on appelle à Naples “a capa fresca”. En fait, l’approche des serveurs est plus qu’informelle, donc si vous êtes susceptible ou trop “coincé”, mieux vaut vous abstenir ! Même si vous ne savez pas ce que vous ratez !

 

9 – Le musée de Capodimonte

Une liste de choses à faire à Naples ne peut manquer d’inclure le musée national de Capodimonte. Un musée-région de trois étages entouré d’un magnifique bois où les Napolitains aiment se divertir et faire du sport. Commandé au XVIIIe siècle par Charles de Bourbon, le palais n’est devenu un musée qu’en 1957. Organisé sur trois étages, il abrite des œuvres d’art allant du XIIIe à la seconde moitié du XXe siècle. De la collection Farnese que Charles de Bourbon a héritée de sa mère, à Andy Warhol au troisième étage. Le musée de Capodimonte est ouvert tous les jours, sauf le mercredi, de 8h30 à 19h30. La dernière entrée est à 18h30. Le prix total du billet est de 7,50 €. Toutefois, il existe des concessions et des réductions.

Plus d’informations : www.museocapodimonte.beniculturali.it

 

10 – Le Petraio

Le trekking urbain à Naples est de plus en plus à la mode. À ne pas manquer, les rampes de Petraio, qui font partie du vaste système d’escaliers (135 escaliers, 69 marches) qui relie Naples de loin en loin. Le Petraio compte 503 marches qui relient la colline de Vomero au quartier de Chiaia. Naturellement, il est moins fatigant de les monter en descente, même si cela sollicite moins vos articulations. Faites votre choix. Il s’agit d’une promenade rapide de vingt minutes dans ce qui est aujourd’hui un quartier résidentiel, mais où, parmi les sanctuaires votifs et les superbes vues, de nombreuses traces du style Art nouveau du début des années 1900 subsistent encore. La zone est desservie par la station Palazzolo Parco Marcolini (Via Filippo Palizzi et Via Gioacchino Toma) du Funicolare Chiaia et la station Petraio Via Palizzi (Salita del Petraio et Via Filippo Palizzi) du Funicolare Centrale.

 

11 – Chartreuse de San Martino

Tino di Camaino, Attanasio Primario, Giovanni Antonio Dosio, Giovan Giacomo Conforto, Cosimo Fanzago, Nicola Tagliacozzo Canale. Ce sont les noms des architectes qui se sont succédé au cours des siècles (du 14e au 18e siècle) dans la construction de ce stupéfiant monument national à côté du Castel Sant’Elmo. Il faut y ajouter les nombreux plâtriers, tailleurs de pierre et carreleurs qui ont contribué matériellement à la construction de la Chartreuse, sans oublier bien sûr la contribution tout aussi décisive des peintres et de tous les autres artistes qui y ont travaillé au fil du temps. Un triomphe de l’architecture et de l’art baroque qui ne laisse pas indifférent même ceux qui ne sont pas du tout familiers avec l’histoire de l’art. Cela en vaut-il la peine ? Absolument, et ne vous laissez pas décourager par le fait qu’il est onzième sur notre liste. La vue sur Naples et le Vésuve est également spectaculaire (voir couverture). Marvel !

 

Heures d’ouverture :

>> Lun-mer-jeu-ven-sam-dim 8h30-7h30

Fermé le mercredi

 

La billetterie ferme une heure plus tôt

 

Admission :

Complet : 6,00 €uro

Réduit : 3,00 €uro

 

Entrée gratuite tous les premiers dimanches du mois

 

Funiculaire du Montesanto : arrêt MORGHEN

Funiculaire de Chiaia : arrêt CIMAROSA

Funiculaire Centrale : arrêt PIAZZA FUGA

Métro : ligne 1, arrêt VANVITELLI

Bus ANM : ligne V1 arrêt PIAZZALE SAN MARTINO

 

 

12 – Environs

 

Pompéi, Herculanum, Vésuve, Sorrento, Positano, Amalfi, Ischia, Capri, Procida et bien plus encore. Un séjour à Naples est une découverte permanente. Il suffit de s’organiser un peu pour se tailler des vacances vraiment inoubliables. Des vacances qui vous aideront également à dépasser les nombreux stéréotypes que la ville traîne depuis des siècles. Des stéréotypes qui ne rendent que partiellement compte de la réalité d’une ville millénaire et complexe, alors que dans d’autres circonstances, il ne s’agit que de préjugés banals et non motivés. Vive Naples, vive la Campanie, vive l’Italie !

Ne pas exposer d’objets de valeur dans certaines parties de la ville

Les quartiers Spagnoli, Spaccanapoli, Forcella et Sanità sont tous de beaux endroits, et il vaut la peine d’y entrer pour découvrir leurs trésors cachés. Mais il y a quelques règles de bon sens à suivre. Le plus important est de ne pas montrer ses objets de valeur (Rolex, colliers, bijoux, etc.). À Naples, malheureusement, il existe une micro-criminalité spécialisée dans les vols et les agressions qui, ce n’est pas un hasard, étudie ses victimes à partir de leurs vêtements et, accessoirement, de leur comportement plus ou moins circonspect. Cela dit, il n’y a pas lieu d’avoir peur. Ceux qui décrivent cette situation, qui est commune à de nombreuses autres grandes villes, comme l’enfer sur terre, exagèrent. Elle est là, nous devons y faire face, mais nous ne devons absolument pas renoncer à vivre. Au contraire, la meilleure façon de rendre certaines zones plus sûres est d’y vivre, comme l’ont compris les nombreux touristes italiens et étrangers qui visitent la ville toute l’année.

 

Ne faites pas confiance aux chauffeurs de taxi illégaux

 

Les chauffeurs de taxi clandestins sont malheureusement un problème à Naples depuis longtemps. On les trouve dans la gare, parfois même sur les quais, pour prendre l’avantage sur les habitués qui sont à l’extérieur. Tout ce que vous avez à faire, c’est de ne pas écouter les squatteurs et de vous frayer un chemin. Juste à l’extérieur de la gare, il y a une colonne de taxis agréés, après laquelle vous pouvez confortablement faire la queue et attendre votre tour.

 

Ne pas manger dans des restaurants étrangers

Ne perdez pas votre temps dans les restaurants chinois, indiens, etc. Non pas qu’ils soient tous à mépriser, au contraire. Mais, que diable, vous êtes à Naples, l’une des villes les plus agréables pour manger et les moins chères du monde. Tirez-en le meilleur parti.