10 choses à voir et à faire à Munich et 1 chose à ne pas faire

Il faudrait des semaines pour découvrir tous les trésors de Munich, et à moins d’en avoir les moyens, ce que nous espérons bien sûr, vous n’avez pas ce temps-là. Cependant, il suffit de quelques jours pour se rendre compte de la très haute qualité de vie – l’une des plus élevées au monde – de la troisième ville la plus peuplée d’Allemagne (précédée par Hambourg et Berlin). Un mélange de tradition et de modernité magnifiquement maintenu par la proverbiale efficacité allemande. Attention toutefois à ne pas prendre les stéréotypes trop à la lettre : les Bavarois ne sont pas seulement ordonnés et précis, ils sont aussi joviaux et très bien disposés envers les visiteurs. En bref, Munich est une ville vraiment enviable. Si vous voulez voir la liste des hôtels recommandés, cliquez ici. A visiter au moins une fois dans sa vie, en suivant peut-être quelques conseils utiles 😉 Bonne lecture.

 

1 – Marienplatz

La place principale de Munich et, pendant des siècles, un important centre commercial. La Marienplatz a toujours eu une forte vocation de marché, qui s’anime aujourd’hui pendant la période de Noël avec le Cristkindlmarkt (le marché de l’Enfant Jésus), célèbre pour ses stands en bois qui occupent toute la place. L’invocation mariale remonte au début du XIXe siècle, lorsque les citoyens de Munich ont demandé à la Vierge Marie de les aider à vaincre une terrible épidémie de choléra. Tout autour de la place se trouvent certains des bâtiments historiques les plus importants de la ville. Deux d’entre eux se distinguent : l’Altes Rathaus (ancien hôtel de ville) et le Neue Rathaus (nouvel hôtel de ville) célèbre, entre autres, pour le carillon Glockenspiel (voir paragraphe suivant). La station de métro Marienplatz mérite également une visite. Construit dans les années 1970, c’est un véritable joyau d’un point de vue logistique et commercial. L’office du tourisme de Munich propose plusieurs façons d’aborder ces lieux : de la visite pédestre classique aux visites guidées à thème. Plus d’informations ici

 

2 – Carillon Glockenspiel

Il est arrivé à de nombreux touristes peu méfiants d’atteindre la Marienplatz et de trouver une foule de visiteurs regardant la tour de l’horloge de l’hôtel de ville (Neues Rathaus). La raison en est que la tour abrite le carillon Glockenspiel, l’un des, sinon le plus célèbre au monde. 43 cloches et 32 statues sonnent et bougent deux fois par jour en hiver (nov.-fév. 11 h et 12 h) et trois fois par jour en été (mar.-oct. 11 h ; 12 h et 17 h). Deux histoires sont également représentées, toutes deux datant du XVIe siècle : la première (étage supérieur) est le mariage de Guillaume V avec Renata de Lorraine ; la seconde est la “Danse des Coopérateurs” (Schefflertanz), une danse rituelle saluant la défaite de la terrible épidémie de peste qui a frappé Munich en 1517. Et ce n’est pas tout, car la tour qui abrite le dispositif complexe peut également être visitée. Les heures d’ouverture sont les suivantes : de novembre à avril, du lundi au vendredi, de 10h00 à 17h00 ; de mai à octobre, tous les jours de 10h00 à 19h00 (sauf les jours fériés) ; et également de 10h00 à 19h00 tous les jours pendant le marché de Noël.

 

3 – Hofbräuhaus

Plus qu’une brasserie, Hofbräuhaus est un temple de l’art de vivre bavarois. Pour les Munichois, la bière n’est pas seulement une boisson alcoolisée. Au contraire, elle a toujours été l’occasion de créer et de sentir une communauté. Ce n’est pas un hasard si la brasserie a été construite par Wilhelm V pour éviter d’avoir à acheter ailleurs de la bière pour l’armée. Un trait identitaire très fort, donc, qui a traversé les siècles grâce aussi à l’ambiance du lieu : tables en bois, musique populaire et serveurs strictement en tenue traditionnelle. Les serveurs sont un spectacle dans le spectacle en raison de l’habileté avec laquelle ils se déplacent dans les locaux malgré la foule et les énormes tasses qu’ils portent. La brasserie est ouverte tous les jours de 9h00 à 23h30. Pour plus d’informations, consultez le site : www.hofbraeuhaus.de/en

 

4 – Oktoberfest

Disons tout d’abord que la “fête d’octobre” commence en fait dans la seconde moitié de septembre et se termine le premier dimanche d’octobre (si toutefois ce dimanche tombe le 1er ou le 2 du mois, la fête se poursuit jusqu’au 3, date symbolique de la réunification allemande). C’est même superflu compte tenu de la notoriété de cet événement, de loin le plus important à Munich et au-delà. Les chiffres sont stupéfiants : au cours des dernières années, plus de 6 millions de visiteurs se sont rendus à l’événement, et les estimations sont toujours en hausse. Les stands couvrent une superficie de plus de 40 000 mètres, avec une capacité d’accueil comprise entre 2 500 et 10 000 personnes. Outre la bière, qui est bien sûr produite par les six brasseries de la ville (Augustiner, Hacker-Pschorr, Hofbräu, Löwenbräu, Paulaner et Spaten), l’Oktoberfest, c’est aussi manger, danser et boire du vin. Plus de deux semaines de festivités continues, dont les origines remontent au mariage en 1810 entre Louis Ier de Bavière et la princesse Thérèse de Saxe. Une tradition séculaire, donc, qui a connu au fil des ans diverses évolutions et quelques ruptures pendant les deux guerres mondiales. Mais ce n’est pas tout. L’Oktoberfest est aussi un festival pour les familles. Les attractions ne manquent pas pour les jeunes et les moins jeunes. Avant tout, il y a la grande roue (voir photo) avec sa vue spectaculaire d’en haut sur les terrains du festival et l’humanité grouillante qui se déplace dans le village. Pour en savoir plus sur le calendrier, l’histoire, les attractions et les curiosités de l’événement, visitez le site officiel : www.oktoberfest.de/en.

 

5 – Jardin anglais

Une fois à Munich, ne manquez pas de visiter le jardin anglais (Englisher Garten), l’un des plus grands parcs publics du monde, plus grand encore que le légendaire Central Park de New York. Une énorme étendue de verdure qui explique mieux que bien des mots la qualité de vie élevée de la ville. Le jardin anglais a été commandé par le duc Karl Theodor en 1789. Le premier projet a été conçu par Benjamin Thompson, un Britannique excentrique qui a passé plusieurs années au service de la cour de Bavière. L’extension du jardin s’est poursuivie jusqu’à la fin du siècle grâce au travail du jardinier de la cour, Friedrich Ludwig von Sckell. Au début du XIXe siècle, le lac Kleinhesselohe a été créé et est rapidement devenu l’une des principales attractions du parc. Le parc est fréquenté été comme hiver, sous le soleil comme sous la neige, par des milliers de touristes et de résidents. Ne manquez pas la Tour chinoise (Chinesischer Turm), qui abrite l’un des plus grands “biergartens” de la ville, et le Monopteros, un petit temple gréco-romain offrant une vue splendide sur le centre-ville de Munich. Les seules recommandations sont de s’habiller confortablement (encore mieux si c’est technique) et d’apporter son appareil photo. Ne l’oubliez pas !

 

6 – Alte Pinakotek

Il y a un quartier à Munich, Maxvorstadt comme on l’appelle, avec une grande concentration de musées, à tel point qu’il a été rebaptisé “Kunstreal” (quartier des arts). Il abrite également le musée le plus prestigieux de la ville, de renommée internationale, l'”Alte Pinakotek” ou “Old Pinakothek”. Il abrite un grand nombre des plus grands chefs-d’œuvre de la peinture européenne du XIVe au XVIIIe siècle. Du Moyen Âge à la Renaissance, de l’art baroque au Rococo, plus de 700 œuvres d’art, dont certaines ont été acquises par Louis Ier de Bavière, qui a donné une grande impulsion à la galerie en poussant personnellement à l’acquisition d’œuvres de Botticelli, Ghirlandaio, Lippi, Beato Angelico et d’autres artistes italiens estimés. La collection comprend également des peintures hollandaises et flamandes ainsi que des œuvres de Giotto, Botticelli, Raphaël, Titien et Rembrandt. En bref, l’ancienne Pinakothek est un joyau auquel les Munichois tiennent, notamment en raison des retombées touristiques. Ce retour est également garanti par les deux autres musées situés juste en face du bâtiment : la “Neue Pinakothek” avec une collection d’œuvres du XVIIIe au XXe siècle et la “Pinakothek der Moderne” ouverte en 2002. Pour plus d’informations (horaires d’ouverture, coûts, réservations, transports, etc.), visitez le site officiel : www.pinakothek.de/it.

 

7 – Residenz

Il est difficile de décrire la grandeur de la Residenz de Munich, l’un des plus beaux palais royaux du monde avec une telle concentration de styles architecturaux et d’œuvres d’art qu’il n’y a aucune comparaison possible. Elles vont du style de la Renaissance allemande à l’architecture palladienne et florentine, sans oublier les références au baroque et au rococo. L’intention de la dynastie des Wittelsbach, la première en Allemagne et l’une des plus anciennes en Europe, d’utiliser au maximum l’art et l’architecture comme un signe tangible du pouvoir exercé pendant plus de quatre siècles en Bavière, est évidente. Une énorme forteresse composée aujourd’hui d’une douzaine de jardins et de cours, d’un théâtre (théâtre Cuvillies) et d’un musée (musée Residenz) comptant environ 130 pièces. Le Residenzmuseum est si vaste qu’il est recommandé de le visiter en deux fois, le matin et l’après-midi. Pour vous guider lors de votre visite du palais, le ministère bavarois des finances et du développement régional a élaboré une brochure pratique qui vous aidera à vous orienter dans les cours, les pièces, les escaliers, les galeries, les bijoux et autres objets du palais.

 

Heures d’ouverture :

Avril. – 18 oct : 09.00 – 18.00

19 oct. – Mar : 10 h – 17 h.

Dernière admission : 17h00 (été) ou 16h00 (hiver)

 

8 – Château de Nymphenburg

Le fait que les Wittelsbach n’ont pas eu une mauvaise vie (pour ainsi dire) n’est pas seulement prouvé par le Palais Royal. Le château de Nymphenburg, la résidence d’été de la famille, n’est pas moins opulent et sophistiqué. Sa construction a été commandée par le prince-électeur Ferdinand Maria (la fonction fait référence aux membres du collège électoral chargés de nommer l’empereur du Saint-Empire). En 1664, il souhaite offrir à son épouse Enrichetta Adelaide de Savoie une résidence d’été en remerciement de la naissance de l’héritier du trône, Maximilien Emmanuel. La construction du château est confiée à l’Italien Agostino Barelli, tandis que l’extension ultérieure est réalisée par Enrico Zuccalli et Antonio Viscardi, deux autres architectes italiens, cette fois nommés par Maximilien Emmanuel. Ce n’est pas la fin de l’histoire, car les travaux sur la cour et le jardin se sont poursuivis tout au long des 18e et 19e siècles pour aboutir à la combinaison actuelle d’architecture, d’art et de botanique. Tout comme le château royal, les chambres, le mobilier et les œuvres d’art du château de Nymphenburg sont de styles variés, du baroque au classicisme. En outre, le ministère bavarois des finances et du développement régional a élaboré une brochure contenant des informations sur la manière de préparer votre visite.

 

Heures d’ouverture :

Avril – 15 octobre : 09.00 – 18.00

16 octobre – mars : 10 h – 16 h.

Un ascenseur est disponible dans le château ; le musée de l’autocar et la collection Bäuml sont accessibles.

 

9 – Allianz Arena

Des magasins, des restaurants, des bars, un musée et un parking de près de 10 000 places. Également, des visites et des visites guidées (en allemand et en anglais) pour les écoles, les visiteurs individuels et les personnes handicapées. C’est donc un euphémisme de dire que l’Allianz Arena n’est qu’un stade. Le mot juste pour décrire le tourbillon d’émotions et de sensations que l’on ressent en le visitant est “temple”. C’est le temple du football du Bayern Munich et de Munich 1860, les deux équipes de la ville, mais aussi bien sûr de l’équipe nationale allemande. L’Allianz a été construit entre 2003 et 2005 en prévision de la Coupe du monde 2006, remportée, comme on le sait, par l’Italie de Marcello Lippi. Après la Coupe du monde, l’Allianz est devenu le stade officiel des deux équipes de la ville et a mis à la retraite l’ancien Olympiastadion. Une curiosité. Grâce à des panneaux en éthylène tétrafluoroéthylène (ETFE), l’extérieur du stade change de couleur : rouge lorsque le Bayern Munich joue, bleu lorsque le Munich 1860 joue et blanc lorsque l’Allemagne joue. Pour plus d’informations sur les horaires, les services, les événements et les transports, visitez le site officiel : allianz-arena.com/fr

 

10 – Musée BMW

Les “chapitres” de l’histoire de Munich sont nombreux : la bière, l’Oktoberfest, les églises, les musées, les monuments, la Marienplatz, le marché de Noël et… la BMW. Nous ne devons jamais oublier le rôle joué par le constructeur automobile dans le développement socio-économique de la Bavière. Un rôle célébré par un musée ouvert en 1972 près de la zone olympique. Le musée BMW ne célèbre pas seulement le passé : outre les voitures historiques, divers prototypes en phase de développement et de conception sont également exposés dans les salles. À côté du musée, avec sa forme caractéristique de saladier, se trouve la “Tour”, le gratte-ciel du siège du constructeur automobile. La conception futuriste des deux bâtiments en a rapidement fait des icônes de la culture de masse, leur permettant de toucher un public plus large que les seuls passionnés et initiés. Pour des informations sur les jours, les heures d’ouverture, les prix, les visites guidées, les événements et les expositions, visitez : www.bmw-welt.com/en.

Ne pas violer les règles de la coexistence civile

Ce n’est qu’une petite partie de ce que Munich a à offrir. Du Deutches Museum à la ville voisine de Regensburg, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, en passant par le jarret de porc et tous les autres plats typiques de la cuisine locale, il faudrait plusieurs jours pour se faire une première idée de tout ce qui se passe dans et autour de la ville. Mais il y a une chose à ne pas oublier, quel que soit le temps dont vous disposez : le respect. Il peut sembler évident de répéter ce concept, car il s’agit d’un précepte toujours valable, mais à Munich et en Bavière, il revêt une importance particulière. De la queue au supermarché à l’escalator, en passant par le ticket de transport public et le bruit dans la rue, peut-être après un peu trop d’alcool, les Munichois sont particulièrement soucieux des règles de coexistence et du décorum des espaces publics. L’Oktoberfest en est la preuve la plus évidente : un événement qui dure plus de deux semaines et attire des millions de visiteurs sans compromettre en rien l’habitabilité de la ville. Toute personne qui commet un écart est immédiatement sanctionnée par une amende et, si nécessaire, arrêtée par la police. Il est donc préférable de s’adapter et d’aller droit au but.