Que faire sur l’île de Santorin en Grèce ?

Si Mykonos est synonyme de vacances transgressives, Santorin est le symbole de vacances romantiques. Une île de grand charme, où le luxe se marie parfaitement avec la simplicité de l’architecture cycladique. Le blanc calcaire des maisons, le bleu des coupoles et des fenêtres, le rouge des couchers de soleil, le bleu de la mer et du ciel, le sable noir volcanique : telles sont les couleurs que vous trouverez dès que vous débarquerez sur l’île. En juillet et août, l’île est la plus animée, tandis que le reste de l’année, notamment au printemps, elle retrouve les rythmes lents et cadencés qui font le bonheur des touristes. Outre les plages, la mer, les couchers de soleil et ses villages caractéristiques, le vin est l’autre plume au chapeau de la plus grande et la plus méridionale des Cyclades. Il est produit en grande quantité et est appelé Vin Santo comme le vin toscan dont il est pourtant complètement différent. Vous trouverez ci-dessous notre liste spéciale de choses à faire et à voir sur l’île. Bonne lecture.

1 – Fira

Fira

Étant donné qu’il s’agit presque toujours de la base de séjour de ceux qui viennent en vacances sur l’île, Fira (ou Thira) est aussi, neuf fois sur dix, l’endroit qui est visité en premier. Il s’agit d’un village situé à 260 mètres au-dessus du niveau de la mer, au centre-ouest de l’île. Pendant les mois d’été, il est particulièrement fréquenté par les touristes qui flânent dans les rues étroites de la ville, passant devant des boutiques, des glaciers, des bars, des boîtes de nuit et des restaurants typiques (Theotokopoulou Square, la place principale). Comme nous l’avons dit au début, cependant, contrairement à d’autres îles méditerranéennes balayées par le tourisme moderne, à Santorin l’âme plus commerciale et l’âme historique coexistent en harmonie. C’est donc toujours à Fira que l’on trouve tous les éléments caractéristiques de l’architecture cycladique : maisons blanches et églises orthodoxes à coupole bleue, parmi lesquelles se détache celle d’Agios Minas, absolument l’une des plus photographiées au monde, carte postale récurrente des sites web et des magazines consacrés au voyage et au tourisme. Le musée de la préhistoire et la cathédrale de la Chandeleur valent également le détour. Il y a trois façons de rejoindre la ville depuis le port : à pied, à dos d’âne, une option populaire pour les familles avec enfants, ou en téléphérique, cette dernière option étant choisie principalement par ceux qui voyagent avec des bagages.

2 – Firostefani

Bien qu’il fasse désormais partie de l’agglomération de Fira, le petit village de Firostefani mérite que l’on s’y attarde. Il se trouve à environ un quart d’heure de marche du téléphérique qui monte à Fira depuis le port et est appelé le “toit de l’île” en raison de sa position extrêmement panoramique. D’un point de vue logistique, c’est peut-être la meilleure solution pour profiter des deux âmes de Santorin : la romantique, qui vit de couchers de soleil poignants et de la frugalité du mode de vie local ; et la mondaine, faite de shopping, d’apéritifs, de dîners et de vie nocturne.

3 – Oia

Oia

Après Fira, il y a Oia (ou Ià), un petit village au nord de Santorin où le compromis entre âme touristique et identité historique est encore plus poussé que dans l’autre station. Ici aussi, on trouve des petites boutiques, des bars, des restaurants, des ruelles étroites et des maisons accrochées les unes aux autres, avec en prime une vue spectaculaire. Il est généralement admis que les couchers de soleil d’Oia sont les plus beaux de Santorin, et probablement de toute la Grèce. Les moulins à vent (que l’on trouve également à Mykonos et dans d’autres îles de l’archipel des Cyclades), l’église de la Panagia de Platsani et les deux plages d’Ammoudi et d’Armeni valent également le détour. Il s’agit de deux criques de galets aux eaux particulièrement claires, idéales pour la plongée en apnée.

4 – Imerovigli

Imerovigli

Le “balcon de la mer Égée” est le nom du petit village d’Imerovigli, à environ 3 kilomètres de Fira. Son nom fait référence à l’emplacement spectaculaire dans lequel il se trouve, juste au-dessus de la caldeira (Santorin est une île volcanique) qui dessine la majeure partie du profil de l’île. Nous sommes à environ 300 mètres au-dessus du niveau de la mer et les maisons, qui respectent pleinement les dictats de l’architecture cycladique, sont disposées presque en amphithéâtre, traversées par des ruelles étroites et pavées. Bref, un spectacle, surtout le soir avec les couleurs du coucher de soleil. Le rocher de Skaros (voir photo) est un must, tout comme l’église d’Ai-Stratis, le monastère de Saint Nikolas et la chapelle de Panagia Theoskepasti.

5 – Site archéologique d’Akrotiri

Site archéologique d'Akrotiri

À l’extrémité sud-ouest de Santorin se trouve le site archéologique d’Akrotiri, le plus important de l’île et l’un des plus importants de Grèce. Il a été découvert en 1962 par le professeur Spyridōn Marinatos, dont les fouilles ont mis au jour les vestiges d’une ancienne civilisation minoenne (Akrotiri) balayée par une terrible éruption volcanique aux alentours du XVIe siècle avant notre ère. Plus qu’anéantie, elle a été ensevelie sous une énorme couverture de lapilli, de cendres et de poussière, qui a toutefois permis, des millénaires plus tard, la récupération extraordinaire d’artefacts presque intacts. Des études plus précises sur leur provenance et leurs caractéristiques stylistiques ont conduit certains chercheurs à suggérer que nous sommes devant ce qui reste de l’Atlantide, la civilisation mythique décrite par Platon dans ses “Dialogues”. Atlantide ou pas, une visite des fouilles d’Akrothiri est sans aucun doute l’une des choses à faire à Santorin. Le seul inconvénient est que, bien que l’horaire officiel indique du mardi au dimanche (fermé le lundi) de 8h30 à 15h, il peut y avoir des incohérences. Le conseil est donc de s’assurer au préalable que les fouilles sont ouvertes.

6 – L’ancienne Thira

l'ancienne Thira

Il n’y a pas que les fouilles à Akrotiri. Les vestiges de l’ancienne Thira sur le rocher de la “Mesa Vouna” (demi-montagne), dans une position panoramique à environ 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, méritent également d’être vus. Il y a plusieurs routes pour y monter : les plus “relativement” faciles – le conseil, pour ceux qui montent à pied, est de porter des chaussures de marche confortables – sont les deux qui bifurquent des plages de Kamari et de Perissa, les anciens lieux d’atterrissage de cette citadelle habitée depuis le 9e siècle avant Jésus-Christ. L’entrée aux fouilles est gratuite avec la possibilité de bénéficier d’un guide (payant) pour vous aider à parcourir les ruines du temple de Dionysos, les sanctuaires d’Apollon et d’Artémidorus, les thermes romains, les murs byzantins et autres vestiges de cette ville antique qui offre l’une des plus belles vues du monde. À ne pas manquer !

7 – Promenade en bateau dans la caldera

promenade en bateau dans la caldera

La morphologie de Santorin est le résultat de l’enfoncement d’une caldeira volcanique. La caldeira comprend également Therasia, Aspronisi, Kameni, Nea Kameni et Palea Kameni, le petit groupe d’îles facilement accessible depuis le port de Fira. Sans surprise, la visite de la caldeira est l’une des excursions les plus populaires, avec en plus la possibilité de choisir l’itinéraire qui vous convient le mieux. D’une simple visite au volcan de Nea Kameni (les chaussures de trekking sont recommandées), à un bain dans les sources sulfureuses de Palea Kameni, à une excursion en bateau en début de soirée avec un dîner romantique. En bref, les formules sont variées. Tout ce que vous avez à faire est de vous rendre au port de Fira le matin et de choisir celle qui vous convient le mieux. Cela en vaut la peine !

8 – Plages

les plages de Santorin

Santorin est, bien sûr, également une station balnéaire. Et quelle station balnéaire ! La variété des plages, en termes de sable, de mer et de population, a peu d’égaux en Grèce et au-delà. Elles vont des plus populaires Perissa et Perivolos, qui forment ensemble la plus longue promenade de l’île, à la sauvage Red Beach qui, comme son nom l’indique, est rouge foncé en de nombreux endroits, créant un contraste spectaculaire avec le bleu de la mer et du ciel. Mais ce n’est pas tout, car il y a Kamari, la plus grande plage de l’île avec ses 5 km ; il y a Ammoudi et Armeni, les deux plages d’Oia ; il y a White Beach, accessible uniquement par la mer. Il y a aussi Monolithos, Kambia, Koloumbos et Paradise Beach. En bref, vous avez l’embarras du choix, sachant toutefois que Perissa, Perivolos et Kamari sont les plages les plus fréquentées par les restaurants, les hôtels et les boîtes de nuit.

9 – Vin

Comme mentionné au début, Santorin n’est pas seulement célèbre pour son architecture cycladique, ses couchers de soleil, sa mer et sa vie nocturne. Il y a aussi la viticulture, qui a toujours été l’une des particularités de la plus grande île de l’archipel des Cyclades. L’une des premières choses qui attire l’attention du visiteur attentif est la façon dont les vignes sont cultivées. Une technique sui generis, “en panier”, avec des vignes qui poussent bas comme une couronne autour des vieilles pousses. La production de vin blanc est résolument prédominante ; le Vinsanto, un vin doux produit à partir d’assyrtico et d’aidani, deux des cépages autochtones de l’île, est particulièrement célèbre. Évidemment, les fermes de Santorin se sont adaptées à la nouvelle tendance touristique et donc presque toutes ont des points de dégustation où les visiteurs peuvent goûter leurs produits. Il existe également des visites dédiées aux établissements vinicoles de l’île.

Et surtout…Éviter la voiture

Il n’y a pas de réelles contre-indications. Tout au plus, nous vous recommandons de ne pas louer de voiture car de nombreuses rues de Santorin sont étroites, pas toujours pavées et l’éclairage public n’est pas présent partout. Un scooter est bien meilleur pour se déplacer. Si, en revanche, vous souhaitez vous passer de véhicule, il est préférable de rester près des plages de Kamari, Perissa et Perivolos. Ce sont les plus grandes plages de l’île et celles autour desquelles l’industrie touristique (hôtels, bars, restaurants) s’est le plus développée. Sinon, comme mentionné au début, il y a Fira, la plus grande des villes de l’île. Quant à la période de l’année pour visiter Santorin, les mois de printemps ainsi que septembre et (partiellement) octobre offrent une image plus authentique de l’île que les foules de juillet et août.